La hauteur de mer

La surface de l'océan n'est pas plane. On y trouve des creux et des bosses, dûs à différents phénomènes physiques : champ de gravité, courants, température & salinité,... Par ailleurs, on connait mal le relief des fonds océaniques. On utilise donc, plutôt que la profondeur, la "hauteur de mer", qui est une hauteur d'eau par rapport à une surface de référence. De cette hauteur de mer, et surtout de ses variations, on déduit la circulation océanique (courants et tourbillons, qui tournent autour de ces creux et bosses), les variations saisonnières ou interannuelles, voire sur de plus longues périodes encore les variations du niveau moyen des océans.
 


Carte de topographie de l'océan ("topographie dynamique") du 18/01/2011 sur la zone du manchot "Crush". Les zones en rouge correspondent à des endroits où la hauteur de mer est plus élevée. Elle décroit en allant vers le mauve. (Crédits Cnes/CLS, pour Argonautica)

 

Ordres de grandeur

La hauteur de mer ne se comprend que par rapport à une référence. On peut trouver des hauteurs de mer par rapport à l'ellipsoïde de référence (forme simplifiée de la Terre), par rapport au géoïde (surface due au champ de gravité de la Terre), ou par rapport à une surface moyenne calculée sur plusieurs années (on ne voit plus alors que les variations). Les ordres de grandeur sont, respectivement :

  • hauteurs de mer par rapport à l'ellipsoïde de référence : +/- 100 m
  • hauteurs de mer par rapport au géoïde (ou topographie dynamique) : de -1 à + 3 m (c'est celle-ci qui est utilisée dans Argonautica). Cette hauteur inclut les variations (tourbillons notamment, cf Une bouée fait "un rond dans l'eau") comme la hauteur due aux grands courants (Gulf Stream, ou Courant Circumpolaire Antarctique comme plus haut. Cf Les grands courants au fil du Vendée Globe ou Une bouée "file droit devant")
  • hauteurs de mer par rapport à une surface moyenne (ou écarts de hauteur de mer par rapport à la moyenne, souvent appelées anomalies de hauteur de mer) : de +/-0.15 m dans les zones calmes, à +/-1 m dans les zones très turbulentes (NB. cette hauteur de mer n'inclut que les variations : tourbillons, variations des courants, déplacement de masses d'eau...)

Méthodes de "mesure"

Les mesures satellitaires

Les modèles

Les modèles simulent la hauteur de mer, en produisant en général la "topographie dynamique" (par rapport au géoïde).