La salinité

La salinité est la quantité de sels dissous dans l'eau de mer. Le chlorure de sodium est le plus connu (c'est notre "sel de table"), mais d'autres composés minéraux en font également partie. La salinité est un paramètre clé pour décrire les processus océaniques car elle conditionne, avec la température et la pression, la densité de l'eau de mer. Ces variations de densité créent notamment la circulation thermohaline, composante majeure de la régulation du climat.
L'évaporation ou l'apport d'eau douce (notamment par la fonte des glaciers, voire des glaces de mer) modifie la salinité de surface. En profondeur, ce sont surtout les mélanges d'eaux qui provoquent des variations de salinité (plongée des eaux de surface en profondeur du fait de leur densité, arrivée des eaux profondes méditerranéennes dans l'Atlantique...).


Carte de salinité du 18/01/2011 sur la zone du manchot "Crush". Les variations de salinité sur cette zone suivent largement les mêmes lignes que la topographie de l'océan et la température de surface. (Crédits Mercator Océan)

 

Ordres de grandeur

Le sel est traditionnellement exprimé en "psu" ou "practical salinity unit". C'est en fait le poids en grammes des sels dissous par kilogramme (donc par litre) d'eau. Dans les océans il est de l'ordre de 33 à 37 psu. En Méditerranée, il peut atteindre les 40 psu, en particulier à l'Est de cette mer, où l'évaporation est forte, sans beacoup d'apport d'eau douce, ni d'eau moins salée de l'océan Atlantique.

Méthodes de "mesure"

Les mesures satellitaires

Le satellite Smos (Soil Moisture and Ocean Salinity, Esa) a été lancé en 2009 pour notamment mesurer la salinité des océans. Il s'appuie sur un radiomètre micro-onde.
Smos permet de mesurer la " température de brillance " de la surface, c'est-à-dire l'énergie naturellement émise par la surface à cette fréquence. À partir de cette température de brillance, on déduit la salinité de surface de l'océan (SSS, Sea Surface Salinity). Cette opération est cependant assez difficile car, d'une part, la salinité a une influence assez faible sur la température de brillance (0,5 K par psu à 20°C et seulement 0,3 K/psu à 5°C). D'autre part, la salinité n'est pas le seul facteur dont dépendent les températures de brillance : deux autres paramètres, la température de surface de l'océan (SST) et la rugosité de surface (due en première approximation au vent " instantané " - qui souffle à cet endroit à ce moment-là) ont un rôle important.
Les données du satellite Smos ne sont pas (encore) intégrées dans Argonautica.

Les mesures in situ

Elles sont effectuées par des bouées dérivantes lachées lors de missions scientifiques en mer, par le réseau Argo, et les réseaux de bouées ancrées TAO, PIRATA, etc.

Les modèles

Les modèles de prévision océanique permettent également la connaissance de la salinité. Le modèle Mercator est utilisé pour la salinité dans Argonautica.